top of page

03 sept. 2016, Bucarest

04 sept. 2017, Bucarest

REPORTAGE: ROUMANIE

La Roumanie est un pays d’Europe du Sud-Est connu pour la région forestière de la Transylvanie, entourée par les montagnes des Carpates. Sighișoara figure parmi ses villes médiévales préservées. Le pays compte également de nombreux châteaux et églises fortifiés, en particulier le château de Bran, au sommet d'une falaise, lié pendant longtemps à la légende de Dracula. Bucarest, la capitale du pays, comporte le palais du Parlement, un énorme bâtiment gouvernemental datant de l'époque communiste.

071A8210.jpg
071A7282.jpg
071A7363.jpg
071A6319.jpg
071A7488.jpg
071A7420.jpg
071A6087.jpg
071A6560.jpg

VOYAGE À TRAVERS DE LA ROUMANIE

Au sud de la Roumanie, Bucarest est la capitale et le centre commerçant du pays. L'immense bâtiment gouvernemental du palais du Parlement, qui date de l'époque communiste et comporte 1 100 pièces, est son monument emblématique. À proximité, le quartier historique de Lipscani propose une vie nocturne animée ainsi que la petite église orthodoxe orientale Stavropoleos et le palais du XVe siècle de la Curtea Veche, ancienne résidence du prince Vlad III, surnommé « l'Empaleur ».

071A6570.jpg
071A9842.jpg
071A0096.jpg
071A0904.jpg
071A6413.jpg
071A8334.jpg
3f60e1_fc23dbf6b8a340d590c669b1a0a8acd2_mv2.jpg
071A6663.jpg

LA DÉCOUVERTE DES LÉGENDES ROUMAINE

Après l'échec des révolutions et devant des invasions à répétition, les réformateurs de Valachie et de Moldavie, instruits en France auprès des mêmes cercles humanistes qu'Émile Ollivier, Jules Michelet et Edgar Quinet, décident de former une union politique durable. Napoléon III, en partie par conviction (soutien aux nationalités), en partie pour déstabiliser l'Autriche soutient les deux assemblées qui choisissent en 1859 le même candidat pour conduire leur pays, un militaire de carrière, Alexandru Ioan Cuza. Celui-ci réalise l'union des deux principautés, sous le nom de principautés unies de Moldavie et de Valachie (ou Petite Roumanie), libère les Roms du servage, sécularise les biens ecclésiastiques et rend obligatoire l'enseignement primaire. Sa politique est contestée par les conservateurs et par les libéraux, les uns la trouvant trop réformiste, les autres pas assez ambitieuse. Il est renversé par leur coalition en 1866.

Cherchant un soutien international suffisant pour faire entendre la voix de leur petit pays au carrefour des empires des Habsbourg, des tsars et des Ottomans, la classe politique roumaine cherche alors un candidat lié aux grandes maisons régnantes en Europe. Leur choix initial se porte sur Philippe de Belgique, comte de Flandre, frère de Léopold II, roi des Belges. Le parlement élit, sans avoir averti le principal intéressé, ce prince belge à l'unanimité des voix en qualité de seigneur et maître des principautés roumaines unies le 23 février 186624. Après le refus de ce dernier, le choix se tourne vers les princes allemands de la famille des Hohenzollern-Sigmaringen.

Ainsi, en mai 1866, Carol Ier de Roumanie est proclamé prince-régnant sur la principauté de Roumanie, dans laquelle un régime de monarchie constitutionnelle est instauré. Un tel soutien constitue un pas vers la reconnaissance par les puissances d'une indépendance complète.

En 1867, craignant l'irrédentisme roumain, l'empereur François-Joseph qui institue la monarchie austro-hongroise, soumet les Roumains de l'ancien Voïvodat de Transylvanie à la Hongrie : l'autonomie de la Transylvanie, où les Roumains avaient commencé à s'émanciper, est supprimée. Une politique de magyarisation forcée s'ensuit, dressant contre la monarchie des Habsbourg les non-allemands et les non-magyars, dont les Roumains.

De son côté, la Roumanie vise toujours à s'émanciper totalement de l'Empire ottoman. Lorsque l'empire de Russie entre à nouveau en guerre contre les Ottomans, à la suite de massacres en Bulgarie, la Roumanie se range aux côtés des Russes. La campagne militaire est victorieuse et l'indépendance du pays est reconnue au Congrès de Berlin en 1878, en même temps que celle de la Principauté de Bulgarie. Le nouvel État perd cependant à nouveau le Boudjak au profit de la Russie, mais acquiert les deux tiers de la Dobrogée, la Bulgarie recevant l'autre tiers. Carol est couronné roi du nouveau royaume de Roumanie en mai 1881.

 

 

Dracula, héros de la littérature et du cinéma.


Roman épistolaire publié en 1897, Dracula est l'oeuvre de l'écrivain britannique d'origine irlandaise Bram Stocker. Vampire aristocratique et assoiffé de sang terré dans son château de Transylvanie, mais aussi créature vouée à une immortalité douloureuse, le Comte Dracula conquiert immédiatement le coeur de lecteurs à la fois fascinés et effrayés. La figure de Dracula telle qu'elle a été popularisée par le roman de Bram Stocker va rapidement entrer dans la légende et devenir une source d'inspiration inépuisable pour les écrivains et les cinéastes.

En 1922, Friedrich Wilhelm Murnau réalise la première adaptation non officielle du livre sous le titre Nosferatu le vampire. Puis en 1931 c'est au tour de Tod Browning de mettre en scène sa propre version du mythe avec Bela Lugosi dans le rôle-titre. Deux films devenus des classiques qui ont donné lieu à un nombre incalculable d'autres adaptations, notamment par Francis Ford Coppola en 1992.

Sans titre-1.png
bottom of page